700 000 postes restent à pourvoir dans le secteur européen des TIC

Le nombre d’emplois dans le domaine du numérique est en augmentation – 3 % par an en cette période de crise – alors que le nombre des nouveaux diplômés en TIC et des autres travailleurs qualifiés dans ce domaine décline. La Commission européenne vient d’annoncer que Nokia, Telefónica, SAP, Cisco, HP, Alcatel-Lucent, Randstad, ENI, Telenor Group et ARM s’engagent à agir afin de combler les 700 000 emplois vacants dans la haute technologie.

700 000 postes restent à pourvoir dans le secteur européen des TIC« Le déficit de compétences numériques se creuse pendant que la liste des chômeurs s’allonge, souligne Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne. Pour le combler, il faut une action commune des pouvoirs publics et des entreprises. Le secteur des TIC est la nouvelle épine dorsale de l’économie européenne, et ensemble nous pouvons éviter que l’Europe ne gâche une génération et ne perde sa compétitivité. C’est pourquoi j’attends des engagements concrets de la part des entreprises et j’adresserai la même demande à tous ceux que je rencontrerai. La Commission fera sa part du travail, mais elle ne peut tout assumer seule: les entreprises, les partenaires sociaux et les acteurs de la formation – y compris au niveau national et régional – doivent être à nos côtés. »

La Commission se déclare prête à recueillir les promesses de création d’emplois, de stages, de lieux de formation, de financement pour le démarrage d’activités, de formations universitaires gratuites en ligne, ou autres. Aux côtés de la dizaine de constructeurs et d’éditeurs déjà cités, la communauté des DSI, le CEPIS (Conseil européen des associations de professionnels de l’informatique) et DigitalEurope sont parmi les premiers à s’être engagés à agir. Les 4 et 5 mars, avec les engagements reçus de ses partenaires, la Commission devrait être en mesure d’annoncer le lancement d’une grande coalition en faveur des compétences et des emplois dans le secteur du numérique («Grand Coalition for Digital Skills and Jobs»).

Sont recherchées des collaborations actives dans des domaines tels que la formation au service de l’entreprise, l’aide à la mobilité professionnelle, la certification des compétences, l’amélioration des programmes scolaires et universitaires, la sensibilisation et la mise en place d’un environnement propice pour les jeunes entreprises innovantes.

Un domaine d’action concret pourrait être celui des «chèques formation». Les modèles allemand et espagnol de crédit à la formation ont prouvé leur efficacité, puisque 60 % à 70 % des 20 000 participants ont obtenu un emploi grâce à ce mécanisme, et nous devrions nous efforcer de le reproduire et de l’étendre à l’échelle de l’Europe.

Une autre composante essentielle de la coalition sera, notamment, l’aide à la mobilité. Cette aide devrait prendre des formes diverses, telles que le soutien à l’apprentissage de l’anglais, la facilitation de la mobilité des chômeurs ou encore la certification type des compétences grâce à un référentiel des compétences informatiques («eCompetence Framework») remanié qui sera disponible dans les 23 langues officielles de l’UE.

Soulignant le potentiel de création d’emplois des jeunes entreprises innovantes de l’internet, la Commission va également lancer «Startup Europe», une plate-forme unique d’outils et de programmes utiles aux personnes désireuses de créer et développer des start-ups actives sur internet en Europe.

Source : infoDSI.com – Le 26/01/2013

,,,,, InternationalNumérique

Auteur: anne-laure

Partager cet article
468 ad

Laisser un commentaire