L’économie sociale en Bretagne

L’économie sociale en Bretagne
Pour une région compétitive, sociale et solidaire
 

L’économie sociale et solidaire : Comment la comprendre ?
Un peu d’histoire…

L’économie sociale et solidaire prend ses racines au XIIIeme siècle avec les communautés, les confréries, les corporations et les compagnonnages. Ces organisations cherchent à promouvoir l’entre-aide et la transmission de leur savoir-faire. Ce sont là les prémices des formes contemporaines de l’économie sociale.
Mais la révolution industrielle du XIXème siècle va accélérer le mouvement social et solidaire. C’est à cette époque que différentes catégories d’entreprises coopératives se développent avec une large ouverture sur le monde extérieur. Il s’agit là de la création de différentes coopératives ouvrières de production, de coopératives de consommation, de coopératives de crédit et de coopératives agricoles.
A la fin du XIXème siècle et au cours de la première moitié du XXème siècle, l’économie sociale est reconnue par les pouvoirs publics et est institutionnalisée. Elle contribue à l’intérêt général. Sa présence aux expositions universelles reflète cette reconnaissance.
A partir de la fin des années 1970, en France puis dans l’Union européenne, par l’intermédiaire de ses régions, les pouvoirs publics réfléchissent et redécouvrent la notion d’économie sociale. Les débats sont passionnés : est-ce du ressort d’une économie capitaliste et de marché, d’une économie socialiste ou d’une économie sociale et solidaire ? De multiples visages apparaissent, est-ce dire que nous sommes à la croisée des chemins ? En tout état de cause, c’est d’une économie humaniste dont il est question, une économie qui tient compte de la qualité de vie, de la culture et de la solidarité.
Les chiffres émis sur l’année 2003 par l’INSEE, forcent le lecteur à constater le poids de cette économie sociale et solidaire en France et notamment en Bretagne. Le territoire breton recense en 2003, 126.000 établissements employeurs avec 124.400 salariés pour une masse salariale de 476 millions d’euro par an (10% de la masse salariale de la région).
Ce constat étant fait, c’est en 2005, par lettre en date du 25 mars, que le Président du Conseil régional de Bretagne saisit le Conseil économique et social régional de Bretagne d’une demande d’étude sur « l’économie sociale et solidaire ».
Ce rapport est sans appel : l’économie sociale et solidaire (ESS) devient un programme budgétaire de la Région Bretagne . Mais qui dit programme dit ligne budgétaire pour soutenir, encourager, accompagner les acteurs économiques dans leur projet.
Toutefois, la Bretagne est à la fois une région française et européenne, et son économie sociale s’inscrit dans une vision européenne et internationale. Ceci constitue un enjeu majeur pour cette région. L’avenir des acteurs de l’économie sociale dépend donc autant des politiques locales que de celles débattues ou décidées au niveau européen, voir mondial. L’économie sociale en Bretagne est indissociable des orientations fondamentales de l’Europe, ce qui constitue ainsi un enjeu majeur.
Toutefois, il ne s’agit pas de favoriser plus un secteur qu’un autre. Il s’agit davantage de « conquérir cette nouvelle frontière de l’économie en incitant les acteurs à entreprendre ensemble et autrement, tout en préservant leurs logiques et spécificités, pour le développement durable et solidaire de la Bretagne »(1). Le cadre ainsi défini, permet de dire que « La Région a ici un rôle stratège à jouer pour co-construire, avec l’ensemble des parties prenantes de l’économie régionale, une Bretagne ouverte, compétitive et solidaire. » (1)

(1) Rapport CESR de 2006
 

Comment peut-on définir l’économie sociale et solidaire ?

Elle peut se définir par l’ensemble des activités réalisé par des et pour des personnes humaines dans un contexte de développement durable. Il s’agit de promouvoir au bien-être et à l’amélioration des conditions de vie de l’individu par son insertion dans le paysage économique et social.

Le CESR présente dans son rapport une typologie simplifiée de l’économie sociale

economie-sociale-solidaire

Une typologie simplifiée de l’économie sociale élaborée par le CESR de Bretagne en 2006

 

Les chiffres clefs de 2011

L’économie solidaire et sociale en Bretagne c’est 11.400 établissements employeurs. C’est aussi, 110.000 emplois, soit 15,4% des effectifs salariés dans la région, 9.050 associations soit 80% des établissements employeurs de l’économie sociale et solidaire, 1.950 coopératives, soit 17% des établissements employeurs de l’économie sociale et solidaire.
 

Comment réaliser son projet ?

Lorsqu’un acteur économique porteur d’un projet désire créer une activité durable et solidaire, il doit s’adresser au Pôle de Développement de l’ESS de son territoire.
Certains territoires ne sont pas encore couverts . Dans ce cas, il faut s’adresser auprès du Conseil Régional de Bretagne ou plus précisément auprès de la Chambre Régionale de l’Économie Sociale de Bretagne (CRES) pour les associations. Un dossier concernant le projet sera ouvert, ce qui marquera la mise en route des procédures.

Source : http://www.ess-bretagne.org/poles-de-developpement.html

Carte des territoires : Pôles de développement de l'ESS

Carte : http://www.ess-bretagne.org/poles-de-developpement.html

 

Quelles sont les aides apportées par la Région ?

Les aides sont de différentes natures suivant l’acteur économique :

• Aide à la création d’emplois associatifs

• Aide à la création d’emplois mutualisés dans des structures d’insertion par l’activité économique sur deux types de fonction (développeur commercial, ressources humaines)

• Encouragement à l’usage de groupements d’employeurs : un moyen de maintenir ou d’embaucher un ou plusieurs salariés à temps partagé

• Aide au renforcement des fonds propres

• Incitation à faire appel à un accompagnement gratuit grâce au Dispositif Local d’Accompagnement (DLA), destiné aux associations, aux structures d’insertion par l’activité économique et à certaines coopératives

• Incitation à mesurer l’utilité sociale permettant à une association employeuse d’identifier ses forces et ses faiblesses

• Aide à la formation des bénévoles dans les associations

Les outils de finance solidaire permettent eux aussi d’aider à la création de nouvelles entreprises sociales.
 

Dans le pays COB (Centre Ouest Bretagne), un garage économique et solidaire à Carhaix

Le garage social solidaire à Carhaix

Le garage social solidaire à Carhaix

On doit l’existence de ce garage à Yves Morvan, créateur de l’association du « Moto-club des Montagnes Noires » à Carhaix. Initiative tout simplement géniale, nous reviendrons sur ce garage prochainement.

Un article de Joëlle Le Duigou pour BreizhWorld Le Blog

« Un projet économique social et solidaire pour les femmes en Centre Ouest Bretagne » – L’interview de Laure, c’est ici !